top of page

James Gunn et Superman: Legacy : news

Le co-CEO de DC Studios, James Gunn (JG), était en interview chez Michael Rosenbaum (MR), ami proche et accessoirement acteur, ayant joué Lex Luthor dans la série Smallville avec Tom Welling (2001-2017). Dans son podcast, les deux hommes discutaient de la vie de James Gunn, sa vie personnelle un peu et professionnelle beaucoup plus. Rosenbaum aborde cet entretien pour nous aider à discerner le réalisateur, l'exécutif du studio DC ainsi que l'homme et l'artiste.


C'est plutôt intéressant et nous permet de tenter de mieux comprendre l'approche Gunn, ses désirs, ses objectifs et sa façon de travailler. Dans Inside of you with Michael Rosenbaum, l'angle est plutôt orienté vers Les Gardiens de la Galaxie, mais pas seulement. James Gunn donne quelques informations utiles concernant le prochain Superman: Legacy, indique ses intentions et dénonce quelques "contre-vérités" aussi.


Il a également réagi comme il en a l'habitude sur les réseaux.

On voit tout cela ensemble pour Planet Superman.



Inside of You : les informations principales

Abordons les points principaux hors vie personnelle que traite cette interview.


La prise en main de la direction de DC Studios

La prise en main de la direction de DC Studios n'a pas été une évidence.

James Gunn n'a pas voulu prendre seul la tête, mais avec Peter Safran, son manager depuis de nombreuses années avec lequel la complicité est très forte.

Quand le projet a été lancé, je me suis dis que personne n'était venu me voir pour me dire "Veux-tu diriger DC", mais la question m'a été posée très tôt dans le processus, à savoir si c'était quelque chose qui pourrait m'intéresser. C'était très tôt et j'ai répondu "Non, je ne pense pas". Et les raisons étaient que c'était moi et que ce n'était pas moi et Peter. Ce qui m'a finalement attiré, c'est que j'ai aussi consulté Peter très tôt et qu'il était du même avis, mais ce qui m'a finalement attiré, c'est de le faire avec Peter.


Le défi DC

Refonder l'univers DC est un énorme challenge avec potentiellement de la détestation symbolisée par Twitter

Twitter c'est comme le prisonnier avec l'amour d'une part et la haine d'autre part [...]


Directeur, réalisateur ou autre chose ?

Être directeur de DC Studios impliquait-il qu'il allait arrêter de réaliser des films ? Réponse simple : Non. Comment va-t-il gérer son temps entre toutes ces activités ? Ce n'est pas un problème, il travaille sans limite et son approche première est celle d'un conteur (storyteller) avant d'être un réalisateur.

Peter apporte son aide. Je pense que cela a toujours été, tu sais, je n'ai qu'un temps limité dans ma journée, je ne peux faire qu'un nombre limité de choses et je crois que la question était toujours de savoir combien de temps je vais consacrer à l'écriture, combien de temps je vais consacrer à la réalisation, combien de temps je vais consacrer à la production, combien de temps je vais passer à tracer une sorte d'histoire que d'autres écrivains pourront suivre ? Il y a des limites à ce que je peux faire. J'en suis conscient. Um et donc oui, c'est le cas et j'aime réaliser, donc je ne voulais pas perdre ça non plus. Mais dans mon cœur, je suis un conteur d'histoires. Dans mon cœur, je ne suis pas comme les autres cinéastes, je ne pense pas. Certains autres cinéastes, c'est sûr, mais dans mon cœur, je me considère comme un conteur d'histoires. Je ne me considère pas comme un réalisateur avant d'être un conteur. Je suis avant tout un conteur d'histoires et cela signifie que quelle que soit la manière dont je suis capable de raconter cette histoire, je suis prêt à le faire.


Les déjantés d'habitude, et Superman alors ?

Gunn est plutôt considéré comme une personne qui s'occuperait d'histoires sur des gens imparfaits ou déjantés. Dans le cas de Superman, qui est considéré comme non imparfait et un quasi dieu, comment va-t-il faire ? Il répond que Superman est un personnage imparfait, toutefois bien différent d'un Peter Quill (ce que nous ne pouvions évidemment largement penser).



Gunn et les comics

Les titres de comics communiqués sur les réseaux : visée professionnelle ou pour le plaisir ?

Réponse : les deux ("a mix") ! Il les lit, car il y trouve de l'inspiration et des éléments utiles pour les histoires qu'il pourra raconter, même s'il n'aime pas tout ce qu'il peut être amené à lire. Il le fait aussi pour des personnages qu'il ne connait pas.

Néanmoins, il lit aussi aussi pour le plaisir (il cite à plusieurs reprises Alan Moore), car c'est un fan de comics depuis toujours. À un moment donné il écrivait/voulait même écrire pour des comics.

Il "recherche des personnages qu'il pourra utiliser dans le DCU de différentes manières".



CBM et la fatigue du public

Le phénomène de "fatigue" autour des super-héros, déja abordé sur notre site quand il parlait des Gardiens de la Galaxie, revient dans l'échange entre les deux hommes, ce qui permet à James Gunn d'expliciter son approche :

MR : Penses-tu qu'il y a trop de séries et de films de super-héros ? Parce que je me souviens de l'époque où je faisais Smallville, en effet, il n'y en avait pas, je pense qu'il y en a trop, alors qu'est-ce que tu fais à ce sujet ? JG : Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un problème de trop grand nombre et oui, nous n'allons pas nous démultiplier à DC, nous allons faire très attention au produit que nous proposons et nous assurer que tout est aussi bon que possible. Je pense que ce qui s'est passé, c'est que les gens sont devenus vraiment paresseux avec leurs histoires de super-héros et qu'ils en sont arrivés au point où "oh c'est un super-héros, faisons un film à son sujet", tu sais, et ils font "oh faisons une suite parce que le premier a plutôt bien marché" et ils ne se demandent pas pourquoi cette histoire est spéciale, qu'est-ce qui fait que cette histoire se distingue des autres, quelle est l'histoire au cœur de tout ça, pourquoi ce personnage est important, qu'est-ce qui fait que cette histoire est différente et qu'elle répond à un besoin si bien que les gens iront le voir dans les salles de cinéma, tu sais, ou à la télévision. Et c'est quelque chose de difficile et je pense que c'est juste que c'est devenu une sorte d'habitude. C'est une chose difficile et je pense que c'est juste que c'est devenu, tu sais, les gens sont devenus un peu paresseux. [...] Je pense que les gens disent que les films de super-héros sont lassants, mais je pense qu'on voit maintenant que ce n'est pas une chose réelle, les gens sont fatigués de la répétition et je ne pense pas que ce soit seulement les films de super-héros, je pense que c'est ce qui se passe actuellement, ce sont les films à grand spectacle en général... Mais il y en a tellement peu sans qu'il n'y ait de problème, mais il y a beaucoup de films à spectacle qui sont devenus très génériques et ennuyeux, qui ne parlent pas de personnages et qui n'ont pas d'émotion, alors qu'il devrait y avoir de l'émotion, et les choses, peu importe ce qu'elles sont, devraient toujours avoir un certain type d'émotion, je ne dis pas que ça ne peut pas être très léger, je ne dis pas que ça ne peut pas être très difficile, je dis qu'il devrait y avoir un certain type d'émotion, et je pense que c'est une bonne chose.

Ceci est un passage assez dense dans cette interview montrant un investissement personnel de James Gunn. Ne parlons pas de profession de foi, mais il témoigne d'une volonté d'apporter quelque chose au spectateur et nous n'en demanderons pas moins en ce qui concernant Superman, qui d'une certaine manière est touché par l'empreinte de 1978 du Superman sauvant le chat dans l'arbre ou de sa pseudo-perfection ou encore de l'absence d'ennemis, etc.

Zack Snyder a apporté une approche sombre et complexe.

James Gunn semble avoir l'ambition de proposer une histoire singulière, hors du commun.



Des stars ?

Faut-il une star pour les films DC ou bien un "no name" ?

Je te le dis, tu sais, je sais que pour moi, il est beaucoup plus important que l'acteur corresponde au rôle.

À titre d'exemple, il indique les cas de Dave Bautista et surtout Chris Pratt. Zoe Zaldana était la plus connue. Les films des Gardiens de la Galaxie ont fonctionné alors que ces acteurs n'étaient pas des stars. Les comics sur Les Gardiens de la Galaxie étaient d'ailleurs très peu connus.



La collaboration et l'équipe autour de James Gunn

Le fait d'avoir été limogé (temporairement) du projet Gardiens de la Galaxie a été une expérience difficile, mais elle a déclenché une déclic dans son existence pour aborder la suite de sa carrière. L'égo et le besoin de reconnaissance existent chez Gunn et cela est assumé, comme un moteur utile pour avancer, mais il tente dans ses projets d'avoir des collaborations humaines et, dans la difficulté, celles-ci lui ont permis d'agir avec une certaine sérénité malgré la pression (forte au début et moindre maintenant que le script est écrit).


À ce jour, l'équipe technique des Gardiens de la Galaxie est en grande partie présente pour Superman: Legacy. On trouve une continuité dans ses collaborateurs afin de mieux œuvrer.


Le "cœur esthétique" est défini autour de James Gunn avec :

  • Judianna Makosky pour la partie design des costumes,

  • Beth Mickle pour la partie design des décors (production design),

  • Stephane Ceretti pour la partie Effets spéciaux (SFX),

  • Henry Braham pour la direction de la photographie (The Flash dernièrement).



Objectif : une esthétique unifiée

Il opte davantage pour une interaction entre les départements afin d'établir une cohérence.

Il faut qu'ils soient sur "une même longueur d'onde".

Nous sommes tous l'esthétique de Superman, donc nous devons tous travailler ensemble pour créer cette esthétique unifiée, comme nous l'avons fait pour Suicide Squad ou pour Les Gardiens 3. Il n'y a pas de division nette entre la photographie et le décor, ou entre le costume, la coiffure et le décor, et ces personnes font partie de tous ces choix, et nous interagissons avec le maquillage, la coiffure ou les effets prothétiques. Toutes ces choses doivent fonctionner ensemble [...].

La partie esthétique est aussi importante que les acteurs que l'on choisira :

[...] il y a un look, il y a une esthétique que l'on veut mettre en opposition à tout, tu sais, et donc et surtout avec mes films, avec... comme on est en train de faire Superman, on crée une esthétique qui n'a jamais existé avant [...] Mais je veux dire qu'il s'agit de créer quelque chose de différent et donc tu dois vraiment t'assurer que tout le monde [le comprenne]. Tu sais, j'ai commencé à parler de la façon dont ces personnes ne sont pas mentionnées et je suis passé à d'autres choses, mais de toute façon, la plupart des gens ne le font pas correctement et vous ne le faites pas, et tout le monde parle d'acteurs, d'acteurs, d'acteurs. Et les acteurs sont incroyablement importants. Ils créent beaucoup, mais tu sais, si vous parlez d'un acteur par rapport à ce qu'a fait Beth Mickle qui a créé tous les décors, la voix la plus importante est celle de Beth. Oui, elle est aussi importante que n'importe qui d'autre pour ce qui est des Gardiens 3.

Krypto ?

Et si Krypto n'était pas à envisager dans le film !

L'échange entre Michael Rosenbaum et James Gunn pose question :

MR : Avec Superman, je sais que tu ne peux pas trop en parler, mais tu l'as mentionné dans quelques tweets. Est-ce vrai qu'il y aura un chien Krypto, Krypto le chien, c'est comme ça qu'il s'appelle ? JG : Il y a un chien qui s'appelle Krypto dans les comics, oui. MR : Alors, c'était juste un tweet que tu ne peux pas mentionner ou qui te fait sourire ? JG : Oui, je n'ai pas dit ça dans un tweet. MR : Oh tu ne l'as pas dit JG : Non MR : Oh quelqu'un d'autre a fait ça ? JG : Oui, quelqu'un d'autre MR : Quelqu'un a mentionné Krypto, c'était peut-être une blague, alors qui sait ? JG : Oui, Chris Pratt et moi avons parlé de Krypto dans une interview et j'ai dit qu'il pourrait jouer Krypto. MR : Oh ok JG : Et puis Chris a dit "oh maintenant nous disons que Krypto est dans le film. C'est un scoop !" MR : Ah j'ai compris...

Quelle pression autour de Superman ?

Faire un film Superman est un challenge énorme. Rosenbaum interroge donc Gunn sur le pression que cela représente. La réaction de James Gunn :

MR : Est-ce que tu ressens le plus de pression avec Superman ? JG : Je l'ai ressentie jusqu'à ce que je termine le script, maintenant c'est amusant [...] J'ai ressenti une pression énorme au début [...] Les gens savent qu'on m'a proposé Superman il y a des années. J'ai refusé parce que je ne savais pas trop comment m'y prendre et je pense que tu sais, mais à cause de ça, j'ai continué à y penser et à y penser et à me demander comment je pouvais créer un Superman qui soit fidèle au personnage de Superman, qui aime absolument le personnage de Superman, et qui soit en même temps une version de Superman suffisamment différente pour que ça vaille la peine de faire un film à gros budget à ce sujet. Que ça vaut la peine que les gens le voient, que ce ne sera pas ennuyeux, tu sais, toutes ces choses, alors oui, maintenant je me sens bien à ce sujet, alors maintenant c'est amusant. Maintenant, on vient juste de trouver et j'ai ressenti beaucoup de pression pour trouver, vous savez, la distribution des rôles, c'est sûr.

Le casting pour Superman

Nous avons évoquons ces dernières semaines les différentes rumeurs de casting pour les rôles et d'éventuels screen tests ces jours-ci. James Gunn aborde ce point qui est pour lui assez compliqué avec de nombreuses rumeurs pas particulièrement judicieuses :

[...] J'ai vu tellement de gens pour Star Lord. Je n'ai pas pu trouver la bonne personne avant Chris... et j'étais donc inquiet à ce sujet, mais maintenant que nous avons fait beaucoup d'auditions et que nous réduisons nos choix, nous n'avons pas encore fini. D'ailleurs il y a beaucoup d'histoires qui circulent sur les personnes que nous auditionnons et tous ces essais à l'écran. Vous savez, je dis juste que tout n'est pas vrai, c'est sûr. Il y a des choses qui sont complètement fausses, mais je ne peux pas sortir et dire oh ce n'est pas vrai et ce n'est pas vrai sans dire, tu sais, en passant tout en revue. Et d'ailleurs ce n'est pas le public qui est..., tu sais. Pour l'instant, je ne pense pas que ce soit l'affaire de qui que ce soit de savoir qui passe des essais pour un rôle. C'est une chose très privée.

Il y a tout un passage concernant les journalistes et agences qui font leurs affaires avec les rumeurs, tout en remettant en cause la façon de trouver un rôle. Les deux hommes critiquent un environnement et au final :

[...] donc c'est comme s'il y avait beaucoup de non-sens qui sortent de tout ça [...] mais quoi qu'il en soit, il y a beaucoup de contre-vérités.

En bref, prudence !



Le démarrage du DCU

À une question posée concernant une comparaison entre MCU et DCU, James Gunn apporte une réponse inattendue. Alors que The Flash est actuellement au cinéma, selon James Gunn le démarrage de son univers sera marqué par un personnage, Blue Bettle, et par un film, Superman: Legacy.

Le premier point est inattendu et peu de publicité a été fait sur ce film comparativement à The Flash par exemple. Que doit-on comprendre de cette phrase furtive ?

Je veux dire que le premier personnage du DCU est sans aucun doute Blue Beetle et que le premier film DCU complet est Superman.

Il présente ensuite la comparaison entre les deux univers MCU/DCU par une différence :

L'une des choses que j'aime à propos de DC et qui m'excite à propos de DC, c'est que d'une certaine manière, c'est une autre histoire alternative, tu sais, c'est Gotham City [ville de Batman] et Metropolis [ville de Superman] et Star City [ville de Green Arrow] et Bludhaven [ville de Nightwing] et tu sais, tous ces endroits différents dans cette autre réalité et cela la rend un peu comme Westeros [terre de Game of Thrones] d'une certaine manière. J'adore ça, j'adore le fait qu'on puisse créer un vrai monde pour DC. Il ne s'agit pas simplement de lancer des super-héros sur Terre, tu sais. Je pense que c'est l'une des principales différences.


Les meilleurs films de Gunn

Dans la comparaison MCU/DC, Rosenbaum interroge Gunn sur son meilleur film Marvel et du MCU (Deadpool, voire plutôt Spider-Man: Into the Spider-Verse, et Iron Man) avant d'aborder son meilleur film de DC : Superman: The Movie, sans hésitation.



La vidéo

Si vous souhaitez écouter toute l'interview, voici la vidéo :




Et si on parlait vilains ?

Deux points ont été évoqués par James Gunn ces derniers jours.


Lex Luthor

Tout d'abord, l'entretien avec l'ancien Lex de Smallville a forcément embrayé sur la Némésis de Superman, Lex Luthor. Alors que les auditions sont évoquées, l'acteur Rosenbaum a fait une demande concernant son personnage :

MR : Laisse-moi te poser une question ou promets-moi que le personnage de Lex Luthor existera bel et bien. Il y aura un Lex Luthor, n'est-ce pas ? JG : [Silence] MR : Le personnage de Lex Luthor est bien connu, n'est-ce pas ? JG : Oui, ils pensent, tout le monde pense qu'il y a un Lex Luthor, mais je n'ai jamais dit qu'il y aurait un Lex Luthor dans le film. MR : D'accord. Donc s'il y avait un Lex Luthor, JG : S'il y avait un Lex Luthor, d'accord. MR : S'il y avait un Lex Luthor dans ce film, il y a beaucoup d'autres méchants, donc ce n'est peut-être pas Lex Luthor. JG : Et tu es le meilleur Lex, admettons-le, nous savons que tu es le meilleur Lex. MR : Allez, tu es drôle. JG : Je ne suis pas drôle, tu es sans aucun doute le meilleur Lex. MR : Vraiment. JG : Définitivement. MR : Mais pas pour ton film. JG : Pas pour le film. Je n'ai pas dit qu'il y avait même un Lex Luthor. MR : Je sais, mais s'il y avait un Lex Luthor, promets-moi ceci... JG : uh-huh MR : ...il sera, il aura de la gravité ou [...] il sera Lex Luthor. il ne jouera pas Lex Luthor mais il agira plus comme ce personnage ou comme ça ou comme un idiot ou un fou, il sera quelqu'un de fondé et réel. Je te connais, je suis sûr que c'est tout ce qu'il y a à dire. JG : Oui, c'est tout à fait ça. MR : Parce que je ne dis pas que quelqu'un l'a fait, je dis juste que tu sais, si quelqu'un l'a fait, c'est qu'il n'y a pas de problème. JG : Peut-être si quelqu'un l'a fait. MR : Peut-être que cela s'est produit, mais oui...

Un moment très sympa dans l'interview, mais intéressant à plus d'un titre. James Gunn ne s'exprime pas directement, mais laisse planer le doute. On pourrait finir par croire qu'il n'y aura pas de Lex Luthor ou sous une forme inattendue. Ensuite, l'exigence de Rosenbaum induit un certain Lex : grave, solide, ancré et non un dingue, qui jouerait Lex Luthor. L'acteur de Luthor doit être Lex Luthor.


Pour James Gunn, il indiquait durant l'entretien sa préférence pour l'interprétation de Michael Rosenbaum. Elle serait la meilleure prestation pour le vilain Luthor, mettant de côté Gene Hackman (saga Donner) et Jesse Eisenberg (saga Snyder). À la suite de la vidéo, les réactions n'ont pas manqué sur les réseaux concernant ce court positionnement sur Lex.



Je ne faisais pas référenec à Jesse [Eisenberg]
En lisant ces réponses, on a parfois l'impression que les gens cherchent des raisons de s'indigner et n'ont pas le sens de l'histoire. Bien que les films Superman de Donner soient parmi mes préférés, j'ai déjà dit publiquement, et même écrit dans EW [Entertainment Weekly] au début des années 2000, peut-être de manière imprudente, que Lex Luthor n'était pas mon personnage préféré dans ces films. L'interprétation peut être un peu trop 'campy', j'aurais aimé qu'il soit plus menaçant et j'aurais aimé qu'il soit chauve tout au long de l'histoire. Je regrette d'avoir laissé entendre que je n'aimais AUCUN Lex dans l'émission de Michael, mais c'est ainsi. Pour mémoire, je pense que Hackman est l'un des cinq plus grands acteurs des années 70 et 80, et il a joué dans certains de mes films préférés, mais je ne l'ai pas aimé dans le rôle de Lex.

Il n'a pas eu d'autre choix que de se justifier. Il n'y a pas de tendresse de la part des fans.

James Gunn est prévenu !



Des vilains sous-côtés

Dans un tweet, James Gunn répond à une sollicitation concernant les vilains sous-côtés :


Internaute : Je n'essaie pas de chercher des spoilers, mais y a-t-il des méchants de Superman sous-estimés que vous adorez ? James Gunn : Il y en a trop pour les compter.

Comme il en a l'habitude, il a proposé une réponse inhabituelle et les visuels sont intéressants :

  • Parasite, le personnage créé par Jim Shooter, est un humain métamorphosé suite à l'exposition à un matériau radioactif en créature. Il draine l'énergie vitale, la force et les capacités de ses victimes. Il est un des vilains assez souvent cité. Notons que le scénario de NCK, proposé avec la fiche du vilain, serait tout à fait intéressant pour James Gunn !

  • Silver Banshee, créée par John Byrne en 1987 (Action Comics #595), est une antagoniste de Superman issu d'un clan irlandais, aux pouvoirs mystiques hérités du Banshee, se présentant sous la forme d'une femme vêtue de noir et blanc au visage peint d'un crâne.

  • Ultra-Humanite, créé par Jerry Siegel et Joe Shuster (Action Comics #13), est un des premiers ennemis de Superman récurrent dans les années 1940. Grâce à une expérience scientifique, l'Ultra-Humanite possède "le cerveau le plus agile et le plus savant de la Terre". Il est l'un des plus grands génies criminels de tous les temps un peu comme Lex Luthor d'une certaine manière. On le retrouvait encore dernièrement dans le Dawn of DC et son descendant Monkey Prince.

  • Lady Blaze, est un démon créé par Roger Stern et Bob McLeod (Action Comics #655).


En complément le fil de discussion, Metallo, Gorilla Grodd, Bizarro, etc.

Des profils différents aux pouvoirs et capacités très différents.


Quel antagoniste proposera-t-il à Superman dans le prochain film alors que The Authority, Brainiac et Luthor reviennent tout particulièrement dans les rumeurs ?



Et l'éternelle question...

Petite actualité rigolote pour terminer cet article.

Lors de la Superman Day. James Gunn a apporté sa contribution dans un tweet célébrant les différents costumes de L'homme d'acier depuis 1934.


Les costumes de L'homme d'acier

En réponse, un internaute a interrogé le co-CEO sur le costume du nouveau Superman que l'on trouvera dans Superman: Legacy :

Internaute : Aura-t-il un slip ? James Gunn : Pas de décision. Nous sommes en train de réaliser des quantités incroyables de concepts artistiques avec les deux et nous utiliserons la version qui nous semblera la meilleure. Pour moi, les aspects les plus importants du personnage vont au-delà des slips !

On trouve aussi d'autres questions comme :

Puis-je demander personnellement que votre Superman ait la coupe mulet, s'il vous plaît ?

Dans cette entretien, le réalisateur apporte bien des points de vues et regards sur sa mission divine supermanesque et laisse quelques interrogations encore ouvertes. Pour tout cela, on attendra les réponses d'ici la sortie en 2025 et, sans aucune doute, il y aura bien d'autres perles de la part de James Gunn.



JA


78 vues0 commentaire

Comments


bottom of page