top of page

Super/Man : le documentaire sur Christopher Reeve à Sundance

Dernière mise à jour : 9 févr.

Nous évoquions en juin dernier l'incroyable aura de Christopher Reeve, l'acteur emblématique du Superman de Richard Donner de 1978 et la production en cours d'un documentaire réalisé par le duo de McQueen, Ian Bonhôte et Peter Ettedgui.


C'est à l'occasion du Festival du film indépendant de Sundance du 18 au 28 janvier 2024, que les réalisateurs ont diffusé leur œuvre présentant la vie, la carrière et le talent d'un personnage atypique en utilisant des vidéos intimes et inédites de famille.


L'équipe de Super/Man: The Christopher Reeve Story


Le film intitulé Super/Man: The Christopher Reeve Story est un hommage vibrant commémorant les 20 ans de la mort de l'acteur, un dialogue entre l'homme et sa famille avant, pendant et après son accident d'équitation qui l'a laissé paralysé en 1995. Héros à l'écran pendant des années, il est ensuite devenu un héros dans la vie par sa fondation, militant pour les personnes handicapées et le traitement des lésions de la moelle épinière.


Les descendants Reeve ont participé à la promotion de ce documentaire exclusif et ont été interviewés sur leur vie et leur relation. Voyons cela ensemble sur Planet Superman.



Un documentaire inédit et intime

Le 18 mai 2023, Screen Daily relatait qu'un documentaire sur Christopher était en production pour Words + Pictures, Passion Pictures et Misfits Entertainment.


Le film de Ian Bonhôte et Peter Ettedgui, réalisateurs du film documentaire primé McQueen en 2019 et de Rising Phenix en 2020, est désormais intitulé Super/Man: The Christopher Reeve Story. Il a été présenté pour sa première à Salt Lake City (Utah) le 19 janvier en ouverture du Festival du film de Sundance au Rose Wagner Performing Arts Center, parmi une sélection officielle de l'événement.


Les deux réalisateurs présentaient en quelques mots (en vidéo) leur documentaire pour le festival avant cette première mondiale :


NB : Activez les sous-titres qui peuvent être traduits automatiquement.


À cette occasion, Matthew Reeve, Alexandra Reeve Givens et William Reeve ont accompagné le duo pour présenter le film qui avait pour ambition de présenter la vie de leur père Christopher Reeve selon une approche inédite et intime : les forces de Superman et les faiblesses de l'homme Christopher Reeve.


Tout jeune à l'époque du drame, chaque enfant a traversé ces tranches de vie, des épreuves comme des moments de bonheur avec leur père. Même si les enfants ont eu un rapport douloureux avec leur père remarié à Dana Reeve (née Morosini), vivant pour les deux premiers à Londres alors que leur père était aux Etats-Unis, ils ont participé au projet et ainsi pu montrer la complexité de Christopher Reeve.


La constante pour eux est de répondre à la question du lien : quel est l'héritage (la legacy) de Christopher Reeve ? Puis celui partagé avec son épouse Dana à travers la Fondation ?



Structure du film

Le film semble démarrer par le réveillon du nouvel an 1994, un moment de bonheur partagé qui montre que la vie de l'acteur est alors stable et équilibrée à tout point de vue. Rien ne laisse présager que L'homme d'acier sera victime d'un si terrible accident quelques mois plus tard.

Pour autant, le récit effectué n'est pas du tout chronologique comme les biographies classiques (biopics).


La famille Reeve a accordé à la production et aux réalisateurs l'accès aux archives et aux films familiaux ainsi que l'autorisation d'utiliser des entretiens avec les enfants de l'acteur. Le film comprend ainsi des images de l'acteur et de sa famille tirées de vidéos amateurs, ainsi que des interviews des trois enfants de Reeve et de ses collègues acteurs, comme Robin Williams décédé en 2014 et particulièrement proche de l'acteur, Jeff Daniels, William Hurt, etc.


Il présente les relations et la vie de Reeve et de ses proches par des allers-retours dans le temps jusqu'à traiter également une troisième phase : son séjour à l'hôpital, alors que sa vie venait de basculer, que sa famille se disputait pour savoir s'il devait être débranché, avant qu'il ne retrouve une certaine lucidité et qu'il ne lutte contre des "pensées sombres".


Une grande partie du film est racontée par Reeve lui-même, dont "les mots ont été tirés des deux versions audio de ses mémoires". Par ce procédé et cette méthode, par des images et vidéos soigneusement choisies, Ian Bonhôte et Peter Ettedgui ont touché le public droit au cœur.



Avant Superman, Christopher Reeve...

Les deux cinéastes ont voulu présenter l'ascension de Christopher Reeve jusqu'à devenir une star du cinéma, notre emblématique Superman.


Ce ne fut pas un long fleuve tranquille entre une jeunesse sous l'autorité d'un père difficile à satisfaire, des études en parallèle d'une carrière d'acteur dans laquelle il se lançait avec des spectacles avec Daniels et Hurt et, nous rapporte Collider, sa si grande nervosité lors de son test à l'écran pour Superman au point qu'il en avait transpiré à travers le costume.


Superman Christopher Reeve


Une fois Superman, Reeve sorti de Juillard envisageait son rôle avec respect et art. Touché par les échecs commerciaux des opus III et IV de la saga Superman, Christopher Reeve jouera différents rôles pour sortir du carcan supermanesque et prouver qu'il était un grand acteur.

Il n'était pas juste Superman.





Le drame : Superman est aussi humain

Le lien quasi fraternel qui existait entre Robin Williams et Christopher Reeve, est un aspect important du film selon les rapports des journalistes. L'amitié entre Williams et Reeve depuis leurs études est un point fort du film.


L'acteur Williams était bien présent au plus dur moment de la vie de son ami, ce tragique accident d'équitation en mai 1995 qui laissait Christopher Reeve alors âgé de 42 ans paralysé à partir des épaules. Robin Williams allait énormément l'aider moralement et financièrement.


L'homme en plein désespoir voulait presque mourir, car les ravages qu'avaient causé son accident à son corps limitaient fortement ses chances de survie. Ses premiers mots lucides ont été adressés à sa femme Dana :

Peut-être devrions-nous me laisser partir.

Elle lui avait répondu : "Tu es toujours toi et je t'aime".


Notre rédacteur Jonathan Cutayar relatait d'ailleurs, dans son hommage sur notre site, l'incroyable anecdote tirée de l'autobiographie de Christopher Reeve (Still Me, 1996), alors qu'il était à l'hôpital en plein doute quant à l'opération médicale expérimentale qu'il allait affronter pour rattacher son crâne à sa colonne vertébrale. Mais c'était sans compter sur la visite inattendue de son vieil ami Robin qui entrait dans sa chambre d'hôpital en se faisant passer pour un proctologue russe excentrique afin de lui faire un examen. Reeve raconte alors donc son livre cette épisode en ces termes :

Je suis allongé sur le dos, figé, incapable d’éviter de penser aux pensées les plus sombres. Puis, à un moment particulièrement sombre, la porte s'est ouverte et s'est précipité une personne accroupie avec un bonnet bleu, une blouse chirurgicale jaune et des lunettes, parlant avec un accent russe. Il a annoncé qu'il était mon proctologue et qu'il devait m'examiner immédiatement. Ma première réaction a été que je prenais trop de médicaments ou que j'étais en fait endommagé du cerveau. Pour la première fois depuis l’accident, j’ai ri. Mon vieil ami m'avait aidé à savoir que d'une manière ou d'une autre, j'allais bien.

Williams en ami dévoué l'aidera à affronter cette terrible tragédie et à célébrer la vie qu'il devait se construire. Les enfants Reeve diront d'ailleurs que leurs destinées était liées.


Christopher Reeve dans Super/Man: The Christopher Reeve Story


Après le drame : le Super/Man arrive en scène

Le documentaire montre aussi la vie de l'acteur après son accident, ainsi que son engagement en tant que militant pour les personnes handicapées et le traitement des lésions de la moelle épinière à travers sa fondation notamment, jusqu'à sa mort en 2004 d'un crise cardiaque à l'âge de 52 ans.


Nous évoquons souvent la Super-Family dans nos différents articles. Ici, le documentaire aborde également cette fibre émotionnelle et touche profondément le spectateur en évoquant les rapports familiaux qui se tissent suite à ce drame.


Les médias relatent l'importance des séquences vidéos montrant la vie de la famille Reeve et les difficultés quotidiennes. Le mari Reeve continue d'être un mari aimant, ambitieux et aussi fort que possible en particulier pour la cause qu'il défend. L'amour semble transcender les douleurs et donne un sens à l'action menée. Superman est le protecteur de la Terre, Super/Man Reeve le parangon de la recherche à travers la fondation Reeve.


Le bourreau de travail utilise ses quelques pouvoirs restants pour lutter et aider les gens au mieux, faire le bien et rendre le monde meilleur. Sa nouvelle vie lui montrait à quel point le monde était mal adapté aux personnes handicapées. Il déclarait dans son intervention durant la convention nationale 1996 du parti démocrate que "L'Amérique ne [devait pas laisser] ses citoyens dans le besoin se débrouiller seuls",


Reeve y apparaissait comme le messager d'une mission fondamentale alors pour lui, souriant et plein d'humour :


NB : Activez les sous-titres qui peuvent être traduits automatiquement.



La famille Reeve pour la legacy

Des nombreuses interviews ont permis de voir la part extraordinaire jouée par les enfants Reeve dans la promotion du documentaire et dans la volonté de montrer l'homme héros malgré l'accident, mais surtout leur père. Et pourtant l'homme, qui ne voulait pas reproduire le schéma paternel, aura pu être considéré difficilement par ses propres enfants, notamment ceux de sa première compagne Gae Exton.


Matthew Reeve, Alexandra Reeve Givens et William Reeve


Matthew Reeve (44 ans) et sa sœur Alexandra Reeve Givens (40 ans) sont les enfants de la première union de Christopher Reeve. Son mariage avec Dana Reeve ensuite aurait pu laisser des traces par la fracture qu'elle pouvait représenter. Cependant, il voit l'arrivée de William (Will) Reeve, 31 ans.


Surtout, les trois se sont mobilisés pour faire honneur via ce documentaire et sont actifs au sein de la Fondation Christopher & Dana Reeve, Le nom de la fondation prenant également celui de Dana, décédée quelques moins plus tard d'un cancer.


Parmi les interviews données, retenons celle auprès du média Collider (ci-dessous), publiée le 24 janvier dernier :


NB : Activez les sous-titres qui peuvent être traduits automatiquement.


Les réalisateurs indiquent que le concept de départ était de retranscrire le plus grand des super-héros au cinéma, sur grand écran, en véritable héros dans la vraie vie, sans pour autant le placer sur un piédestal. Le concept a évolué à la rencontre des enfants Reeve pour s'étendre vers un film sur la famille, sur l'amour, et un extraordinaire héritage.


Matthew Reeve rappelle le point de départ de ce projet : un email d'une archiviste qui cherchait des informations à la rencontre des producteurs et des deux réalisateurs. La confiance et le savoir-faire du duo ont beaucoup joué pour délivrer un film que les enfants Reeve souhaitait voir arriver un jour, mais au bon moment. Vingt ans se sont écoulés et c'était le moment de rendre réel ce projet tant imaginé grâce à cette équipe.


Pour eux, l'histoire racontée de Christopher Reeve devait être "authentique, réelle et inébranlable", une histoire qui finirait par être partagée avec le monde, montrant les coulisses, les failles et faiblesses, dépassant "la persona" publique, servie par des images d'archives exclusives les amenant à revivre beaucoup de traumatismes et beaucoup de bonheur aussi. Et c'est un "véritable trésor" qu'ils ont obtenu.



La référence Reeve a marqué aux larmes

Le retour de tous les journalistes sur place lors de cette projection triée sur le volet est unanime : puissant, le documentaire de 106 minutes a porté aux larmes et aux applaudissements le public du festival.


Avant le début du film, Matthew, Alexandra et William montaient sur scène pour s'adresser au public. Alors que la salle comble les acclamait, l'un des trois frères et sœurs, s'est approché du micro en souriant et a déclaré :

C'est ce que papa a dû ressentir lorsqu'il est monté sur scène.


Sous les ovations, le film devait être pour Alexandra "authentique" et "exprimant les joies et les difficultés de l'histoire de la famille.

Il y a une façon de raconter cette histoire et de n'en garder que la douceur, de montrer les vallées aussi bien que les collines. Il est important de montrer que c'était parfois difficile, mais qu'en même temps il y a une joie immense.

dit-elle à Sundance, avant d'ajouter :

Notre père était passionné par son métier et il aimait cette communauté - cette belle famille de personnes engagées dans le cinéma et le théâtre. Nous sommes très enthousiastes, et c'est le plus grand honneur pour ce film d'être projeté à Sundance, entre tous. Le fait qu'il soit ici signifie vraiment le plus pour nous. En plus d'être un passionné de cinéma, il aimait une belle ville dans les montagnes, dans la neige. Nous sommes donc très reconnaissants aux habitants de Salt Lake City et de Park City et à tous ceux qui nous accueillent ce soir.

Son frère William complétait son propos :

Il est tout à fait approprié que le parcours de ce film à Sundance et dans l'Utah commence dans un théâtre, car c'est ce qui a façonné notre père de manière si significative. Et c'est l'endroit où il se sentait vraiment chez lui. Nous nous sommes toujours dit que si nous participions un jour à un projet comme celui-ci, il faudrait que ce soit au bon moment et avec les bonnes personnes. Cette année, nous fêtons le 20e anniversaire de la mort de notre père, et le moment nous a donc semblé opportun. C'est un phénomène de Passion Pictures, Misfits Entertainment et Words and Pictures, donc nous savons que nous avons les bonnes personnes. De plus, le film est présenté à Sundance et se déroule dans l'Utah, c'est donc le bon endroit.


Quand verra-t-on ce film ?

Le contexte du festival de Sundance pourrait faire craindre que le film reste confidentiel et non accessible au grand public. Les réalisateurs, la production et les membres de la famille souhaitent garder le contrôle sur le film, donc le festivale était logiquie pour une première exposition.


Ceci dit, le film vise à être vu par le plus grand nombre et donc il ne restera pas confidentiel.

Comme le rappelle James Gunn sur les réseaux en confirmant l'information de The Wrap en date du 27 janvier dernier, Warner Bros. Discovery maison mère de la saga Superman est entré dans la danse.



Il y a quelques semaines, j'ai vu le documentaire d'une beauté stupéfiante intitulé "Super/Man : The Christopher Reeve Story". Il m'a bouleversé. Peter et moi savions que DC Studios devait être impliqué et je suis reconnaissant à Peter et à notre famille WBD chez Warner Bros, HBO, CNN et Max d'avoir travaillé si dur pour l'acquérir. C'est un film merveilleux réalisé par des cinéastes merveilleux et la famille de Reeve, non seulement pour les personnes comme moi qui aiment l'œuvre de Reeve, mais pour tout le monde.

Les studios DC de WBD. Warner Bros. Motion Pictures, HBO, CNN Films et Max ont conjointement recherché le film de Sundance et Warner Bros Discovery a fait l'acquisition des droits du film pour la somme de 15 millions de dollars.


Warner ne pouvait que faire honneur au travail exceptionnel autour de Super/Man : The Christopher Reeve Story et rendre hommage à l'emblématique Homme d'acier.

DC Studios, Warner Bros. Motion Pictures, HBO, CNN Films et Max sont reconnaissants de l'occasion qui leur est donnée d'honorer l'un des partenaires créatifs les plus précieux de notre entreprise et de célébrer la riche vie et la carrière de Christopher".

Une chance donc pour tous les fans de voir Super/Man Christopher Reeve briller encore de mille feux.


JA




124 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page