top of page

Quelle limite doit-on fixer à la passion ?

Ces derniers jours, nous sommes tombés par hasard sur une news Twitter tout à fait curieuse.

Elle concernait Black Adam et l'apparition d'Henry Cavill en Superman dans les scènes finales.

On en parle ensemble dans cet article.



La news : Poursuivre ?

La news est tombée cette semaine, d'un peu nulle part, comme toute bonne publication dite "putaclic".

Nous n'étions pas partis pour en parler spécialement à la rédaction, mais quand même James Gunn debunke, alors nous aussi !


Le compte d'ItsThatMovieChannel relaie différentes informations qui proviennent des journaux et sites internet d'information. Il dit relayer celle de Giant Freakin Robot (GFR) portant sur une éventuelle action en justice de groupes de fans à l'encontre de Warner Bros. Discovery (WBD) et James Gunn et l'exprime en ces termes :

Les fans d'Henry Cavill prévoient de poursuivre James Gunn et WBD pour avoir fait apparaître Cavill dans la scène de fin de film de Black Adam et pourraient gagner grâce à une nouvelle loi.

Mais le compte déforme les propos de GFR qui constate, comme nous l'avions fait dernièrement, la portée des échanges de James Gunn sur sa prise de fonction et sa situation vis-à-vis de Superman: Legacy. GFR développe dans son article les idées suivantes :

  • Un certain nombre de fans du Snyderverse (dit les "Snyder Bros") veulent poursuivre Warner Bros. Discovery en citant l'apparition d'Henry Cavill en tant que Superman dans une scène de Black Adam après les crédits comme une publicité mensongère.

  • Ils font face à d'autres fans de DC qui fustigent "la folie" des premiers et leur toxicité.

  • Le média indique aussi que "l'idée même d'intenter un procès pour une scène d'après-crédit - communément appelée stinger - est presque risible". Depuis les années 1960, la majorité de ces stingers n'ont pas été réalisés jusqu'à la période récente dite Marvel.

  • La cause de cette idée résiderait notamment dans le fait que la Snyder Cut a créé un précédent en validant les demandes des fans.

  • La conservation des acteurs et personnages de Snyder sans démanteler officiellement le Snyderverse a eu une série d'effets comme en dernier lieu Black Adam et le caméo d'Henry Cavill dans ce film.

  • Avec la prise de fonction de James Gunn, la "mise au rebut" de cet univers était attendu avant même Black Adam et son entrée en poste, mais il reste des reliquats du Snyderverse avec Viola Davis de The Suicid Squad qui poursuivra avec la série Waller. Il "aurait pu facilement supprimer la scène d'Henry Cavill", mais n'en a rien fait.

  • Y a-t-il "une chance légitime" d'intenter un procès à WBD ? L'information de l'engagement de Gunn bien avant le plan est "accablante", mais "aucun cinéphile sain d'esprit ne peut lire une scène post-crédit comme une promesse concrète".



C'est donc sérieux ? Non, un mensonge !

Quel est le problème ?

La déformation d'ItsThatMovieChannel réside dans l'interprétation d'une décision de justice pour appuyer la polémique que le compte veut gonfler.

"Gagner grâce à une nouvelle loi".

Motif invoqué : une nouvelle loi serait passée et les gens pourraient alors attaquer WBD et James Gunn au sujet de la non-reconduction de l'acteur après la scène post-crédit de Black Adam.

Ce serait comme une publicité mensongère.


Un précédent existe et remonte à janvier 2022 au procès qu’avait intenté deux fans contre Universal : ils avaient vu en 2021 l'actrice Ana de Armas dans la bande-annonce du film Yesterday (sorti en 2019) de Danny Boyle, mais au final elle avait été coupée au montage et n'apparaissait donc pas dans le film.

Pourquoi ? Car cela ne convenait pas à la relation souhaitée par le scénariste entre les personnages.

Or, l'actrice a été considérée par les fans comme une pièce importante du film et ne pas la voir était donc pour eux une publicité mensongère.




Ce serait une manipulation du studio pour les faire venir en salle ou, dans leur cas, louer sur Amazon Prime pour 3,99 $ le film... L'action de ces deux fans s'était transformée en recours collectif pour réclamer 5 millions de dollars au studio.


La "nouvelle loi" évoquée concerne la décision rendue en Californie par le Juge Stephen Wilson en décembre 2022 et uniquement si une bande-annonce élément créatif de nature commerciale induit le public en erreur. Cela est limité "aux cas où un acteur/actrice ou une scène de la bande-annonce ne figure pas dans le film fini".



Dans le cas d'Henry Cavill alors ?

Dans le cas d'Henry Cavill, on est sur tout autre chose.

Il s’agit d’une scène de film et non d’une bande-annonce.


Pour les bandes-annonces de Black Adam, il n'apparait pas et seul le trailer décrié avait montré Lois parlant à Superman sans qu'on le voit entièrement et posant sa main sur son S, etc.




L'acteur britannique apparaît en caméo dans le costume de Superman dans le film, ici produit fini. On est donc dans un contexte bien différent. L'acteur est engagé pour ce caméo, le fait, le film sort en salle et tout le monde le voit.


Rien n’oblige un studio à poursuivre avec un acteur après une apparition dans un film et c'est ici hors de propos.


Bref, circulez il n'y a rien à voir !

77 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page