top of page

Jerry Siegel et Joe Shuster : L'histoire de deux légendes sous-estimées

Dernière mise à jour : 19 févr.

Le 15 février dernier, James Gunn twittait un message sur le réseau de l'oiseau bleu présentant le duo iconique créateur de notre super-héros préféré. Il était donc naturel de vous les présenter un minimum.

Et si nous discutions de ces deux légendes sous-estimées et de leur héritage...


Jerry Siegel et Joe Shuster, créateurs de Superman
Jerry Siegel et Joe Shuster, créateurs de Superman

L'histoire des deux hommes

Jerome Siegel et Joseph Shuster sont deux fils d'immigrés juifs états-uniens et canadiens.

À l'âge de 17 ans, les deux hommes se rencontrent au lycée de Cleveland, dans l'Ohio et commencent à échanger au sujet de leur passion pour le cinéma, le dessin et les pulps (magazines, les publications peu coûteuses et de piètre qualité matérielle, très populaires aux États-Unis durant la première moitié du XXe siècle) de science-fiction.


Jerry Siegel écrit depuis quelques années pour l'hebdomadaire de son lycée, la Torche, et rêve de scénariser ses propres histoires. Le jeune homme propose donc à Joe Shuster, qui dessine par passion depuis l'enfance, de collaborer avec lui pour créer des histoires originales.

Jerry Siegel et Joe Shuster

Ils commenceront par proposer ensemble une parodie de Tarzan, Goober the Mighty, en 1931 dans le journal du lycée. Puis, ils présenteront leur première version de Superman dans une fanzine en 1933. Cependant, ce personnage maléfique aux pouvoirs psychiques ne rencontrera que très peu de succès.


C'est alors qu'une idée leur vient : la création d'un personnage haut en couleur qui défendrait la veuve et l'orphelin !


Lorsqu'ils soumettent leur idée aux éditeurs de comic strip de l'époque, chacun d'entre eux leur fermera la porte... jusqu'à ce qu'une certaine maison d'édition leur laisse une chance.



Action Comics #1

En 1936, les deux artistes commencent à travailler pour Nation Allied Publications (qui deviendra Detective Comics, Inc. l'année suivante). L'éditeur publient deux de leurs œuvres comme Doctor Occult ou Sam Bradley.

Action Comics #1

Mais c'est en 1938 que le duo vend à Detective Comics le héros Superman. Confiants vis-à-vis du produit, les propriétaires de l'époque, Harry Donenfeld et Jack Liebowitz, décident de publier les premières histoires de L'homme d'acier dans le premier numéro d'Action Comics en juin 1938.


La stratégie étant de booster les ventes d'une nouvelle série de comics grâce à un titre fort, le succès est retentissant au point où les autres titres de l'éditeur sont éclipsés par le héros.


Superman devient l'un des plus gros succès du XXe siècle.

Les ventes de comics explosent. Des produits dérivés, des émissions radios et même une série animée (Fleischer Superman cartoons) lui sont dédiés.



Disputes de droits d'auteur

Malheureusement, l'histoire liant Siegel, Shuster et DC Comics s'assombrit lorsque les deux hommes estiment que l'éditeur manque de considération à leur égard.

Jerry Siegel et Joe Shuster

En effet, Jerry Siegel et Joe Shuster n'ont droit ni à des redevances ni au contrôle créatif, ayant renoncé à leurs droits d'auteur lorsqu'ils ont vendu leur première histoire de 13 pages pour 130 $ avec au dos du chèque une clause à contresigner dans laquelle les auteurs transféraient formellement ces droits.


En 1942, ils ont gagné 63776,46 $ chacun (ajusté à 998 000$) alors que le salaire moyen chez DC Comics était de 1 880$. Les auteurs étaient très bien payés pour l'époque, mais peu comparativement aux énormes bénéfices générés.


Siegel est licencié en 1946 et poursuit DC Comics en 1947 pour les droits d'auteurs de Superboy (publié sans l'accord de Siegel alors parti servir le drapeau) et Superman.


Nous vous passons les chiffres relativement indigestes et les allers-retours du duo ré-engagé et renvoyé, mais notons que les créateurs s'estimeront toujours lésés quant à leurs droits sur leurs personnages.

La question des droits d'auteurs, de leur cession, de la propriété intellectuelle et les autres revendications juridiques sont très complexes et contestées. C'est pourquoi durant les années suivantes, un bras de fer s'installe entre le duo et la maison d'édition, puis entre les héritiers Siegel/Shuster et DC :

  • En 1975, Warner Brothers accepte de payer une pension annuelle et d'autres bénéfices à Siegel et d'autres artistes et auteurs de BD en échange d'un renoncement définitif à leurs droits d'auteurs.

  • Les héritiers de Siegel et Shuster tentent à plusieurs reprises de réclamer leurs droits d'auteurs, jusqu'à ce qu'ils acceptent une offre de DC Comics en 2001.

  • Cependant, en 2004, ils annulent cet accord avec DC Comics pour un accord plus intéressant avec Pacific Pictures, mais le juge statue en faveur de DC Comics en 2008 et 2010 pour les droits de Superman et Superboy.

  • En 2008, le juge fédéral Stephen G. Larson statue en faveur des Siegel qui peuvent alors prétendre à une partie des droits sur le copyright de leur personnage.

  • DC Comics fait appel de cette décision et, en 2013, le juge d'appel statue en faveur de DC Comics, jugeant que leur accord en octobre 2001 est prioritaire.


À ce jour, les droits sur Superman, le personnage emblématique de l'univers DC, est encore un sujet de questionnement et de bataille juridique potentielle. Cela donnera régulièrement des sueurs froides au studio Warner, notamment.



L'héritage

Cependant, l'industrie du comic book honore Jerry Siegel et Joe Shuster l'année de la mort de Joe avec une entrée au Will Eisner Comic Book Hall of Fame, et un an plus tard au Jack Kirby Hall of Fame.

Jerry Siegel décède en 1996.


Les deux hommes sont des légendes, trop souvent oubliées, sans lesquelles nous, les fans, ne serions pas là aujourd'hui.


Depuis des décennies, DC Comics a pris la décision de tout de même mentionner les noms de Jerry Siegel et Joe Shuster au début de chacune des adaptations de L'homme d'acier.



Superman - Logo

218 vues0 commentaire

Comments


bottom of page