top of page

Il y a 10 ans, Man of Steel en France

En ce 19 juin, il y a 10 ans, sortait en France le premier film de la trilogie de Zack Snyder, Man of Steel.

Nous avons abordé la date de sortie aux États-Unis, le 14 juin dernier, mais il nous semblait singulier de nous replonger dans nos souvenirs pour ceux qui avait eu la chance de le vivre pleinement.


Article un peu spécial donc : quelle attente ? quelle émotion ? quel ressenti pour tout ceux qui ont joué le jeu à la rédaction de Planet Superman, concernant ce film ?


Affiche de Man of Steel


Nos impressions de l'époque

Quelques-uns au sein de l'équipe était quasiment sur les genoux de Christopher Reeve lors de la sortie du film de Richard Donner. Donc forcément, ils étaient bien plus prêts de voir Man of Steel à sa sortie en 2013. Alors selon vous, fanboy ou pas ?



Johnny nous livre son regard

À l'époque, je commençais à découvrir Zack Snyder avec "300", la version longue de "Watchmen" qui m'avait surpris et conquis, car il arrivait à faire un film de super-héros réaliste comme le "Dark Knight" de Nolan avec le côté fantastique qu'il manquait à ce dernier Ensuite, j'ai vu les prises de vues épiques de "Sucker Punch" qui m'ont permis de m'imaginer ce qu'il pourrait faire sur Superman. J'étais fan de Superman, notamment grâce à la série animée de Bruce Timm, le film "Superman" de 78, "Superman Returns" qui m'a donné envie de me plonger dans les comics et bien sûr Smallville. Ce que j'aimais le plus dans toutes ces adaptations du dernier fils de Krypton, c'était son côté épique et rempli d'émotions de part sa solitude, mais surtout l'ambiance lumineuse et chaleureuse qui se dégagent de Smallville avec le côté néo rétro de Metropolis. Du coup, la première fois que je découvre "Man of Steel", je dois avouer que le côté froid qui s'en dégageait m'a déçu. Néanmoins, j'ai été tout de même émerveillé par l'histoire et la mise en scène épique que nous offrait Zack Snyder ! Jamais, on n'avait vu Superman aussi épique et spectaculaire à l'écran ! Jamais, même un film de super-héros n'avait pu nous offrir toutes ces scènes d'actions et ces combats aériens d'une crédibilité et d'une lisibilité sans faille ! La bataille de Metropolis a fait passer le bataille de New York des Avengers pour un combat d'enfants dans un bac à sable ! Impossible de continuer à prendre du plaisir chez le MCU de Marvel après ça ! Après ce premier film du DCEU, je passais mon temps à m'imaginer comment pouvait rendre un film Justice League avec ce ton tout autant réaliste, sérieux et épique ! Je m'imaginais même des films Green Lantern dans ce fond et cette forme ! Zack Snyder avait donc ouvert une porte d'un niveau supérieur à toute attente dans le genre adaptation super-héroïque après la prodigieuse trilogie du Dark Knight de Nolan. Malheureusement, la suite on la connaît. Warner Bros a vite fermé cette porte pour revenir sur quelque-chose de moins ambitieux et plus consensuel... C'est le serpent qui se mort la queue depuis le film Superman de 1978, les Batman de Burton et maintenant le DCEU de Zack Snyder... Un jour peut-être, ils apprendront de leurs erreurs, mais une chose est certaine maintenant, un film comme Man of Steel, on est pas près d'en revoir un de sitôt. Et vu la régression du cinéma, je crois bien qu'on en reverra plus du tout.


OTH, il n'y a pas que Batman

Lorsque l'annonce de "Man of Steel" a été faite, mes attentes étaient plutôt modestes. Cependant, la perspective de voir Christopher Nolan, le maître derrière la trilogie "The Dark Knight", collaborer avec David S. Goyer pour développer le scénario a piqué ma curiosité. Les précédents succès de Nolan dans le genre des super-héros m'ont rassuré quant à la possibilité de voir Superman bénéficier d'un traitement similaire. Les premières nouvelles concernant "Man of Steel" ont confirmé mes espoirs. Il était clair que ce ne serait pas le Superman traditionnel, ce boy-scout souriant et unidimensionnel que nous avions l'habitude de voir. Au lieu de cela, le réalisateur Zack Snyder et son équipe avaient l'intention de plonger dans un univers plus réaliste et sombre. Ils souhaitaient redéfinir le personnage, lui donner une profondeur et une complexité qui lui avaient souvent fait défaut auparavant. Cette approche audacieuse du mythe de Superman était un pari risqué, mais elle s'est avérée être une véritable révélation. Dans "Man of Steel", nous avons été témoins d'un Superman plus humain, avec ses doutes et ses incertitudes. Il était confronté à des choix moraux difficiles et à des conséquences réelles pour ses actions. Le film a montré les défis et les responsabilités qui accompagnent le fait d'être un être surpuissant, en mettant l'accent sur les conséquences de ses actions pour le monde qui l'entoure. Le style visuel unique de Zack Snyder, combiné à l'influence narrative de Christopher Nolan, a permis de créer une expérience cinématographique captivante. Les scènes d'action étaient à couper le souffle, avec des effets visuels époustouflants et des combats épiques qui mettaient en valeur les incroyables pouvoirs de Superman. Mais au-delà de l'action spectaculaire, le film abordait également des thèmes plus profonds tels que l'identité, la responsabilité et le sacrifice. "Man of Steel "a réussi à réinventer Superman pour une nouvelle génération de fans de super-héros. Il a montré que le personnage emblématique pouvait être plus complexe, plus sombre et plus réfléchi tout en conservant son essence fondamentale. Le film a ouvert la voie à un univers cinématographique élargi, le DCEU (DC Extended Universe), où les super-héros sont présentés de manière réaliste et nuancée. En fin de compte, "Man of Steel" a dépassé mes attentes modestes et s'est révélé être un film de super-héros puissant et captivant. Il a démontré que même le personnage le plus iconiques peut évoluer et s'adapter à son temps. Avec "Man of Steel", Superman a retrouvé sa place en tant que symbole d'espoir et de justice, tout en nous rappelant que les héros peuvent être plus complexes et réalistes que ce que nous avions imaginé.


Le jeune Kentin

Moi j'avais quel âge quand il sortait en 2013 ? J'étais jeune. J'avais 12-13 ans et je l'ai vu 2 ou 3 ans après. Donc j'avais 16 ans quand je l'ai vu. Moi, j'ai bien aimé, parce que... voilà, j'étais fan de DC. Donc, j'avais déjà vu à l'époque les Superman, mais en général, j'ai bien aimé "Man of Steel" parce qu'il y avait une autre itération de Superman au cinéma, et là, c'est une itération plus réaliste. Plus concrète dans la façon dont l'on met en œuvre Superman. Après, quand j'ai vu la bande-annonce, je m'attendais à quelque chose de type réaliste, tout en restant dans la science-fiction, avec ses pouvoirs, en parlant de ses origines kryptoniennes. Donc j'ai bien aimé vraiment. Après j'étais pas vraiment dans de fortes attentes. J'attendais un film sans plus, mais finalement j'ai pris une claque. C'est un beau film. L'itération du personnage... est excellente. Après mes attentes....là, comme j'ai dit, je n'attendais pas un grand film, je m'attendais à un film de Superman type niveau des Superman des années 2000 ou des précédents. Je n'ai pas été déçu par ce film et je l'ai revu il y a pas très longtemps. Et du coup, j'ai très bien aimé [encore]. Ce film, je pense qu'il ne va pas beaucoup vieillir. Vraiment c'est un bon film, on peut le regarder comme ça. J'ai vraiment kiffé !


Géraud/Le Comptoir DC

Quand j'ai vu le film pour la première fois donc, je ne l'avais pas vu au cinéma celui-ci, je l'ai vu en Blu-ray. Cela a vraiment été une claque, une claque visuelle, une claque narrative dans sa trame. Notamment dès la scène d'intro sur Krypton. Bien sûr, c'est un film qu'il faut à mon sens apprivoiser. On ne rentre pas spécialement tout de suite dans l'histoire, parce qu'il y a un sous-texte, il y a tout ça. C'est un film comme "BvS" ["Batman v Superman: L'aube de justice"] qui s'apprivoise et qui se bonifie avec le temps. Moi, personnellement, je n'avais pas d'attente concernant ce film. J'avais vu le "Superman Returns" que j'avais trouvé très bancal. Et Superman. J'ai appris à l'apprécier en fait avec "Man of Steel". Parce que moi, je suis de 1989, donc du coup j'ai grandi avec Batman et c'est vrai que Superman était un petit peu le ringard de l'équipe, on ne va pas se mentir. Et du coup, c'est vrai que quand Snyder est arrivé avec "Man of Steel", il a dépoussiéré le personnage et ça posait les bases d'un univers à venir, donc c'était très intéressant. Et après, je trouve que le film a subi des critiques qui étaient injustifiées. Je pense que les gens n'ont pas spécialement compris le message, parce que c'est un film qui est quand même froid de prime abord visuellement, narrativement, c'est contemplatif. Tu vois donc... tu comprends ce que je veux dire. Et en fait, c'est devenu un chef-d'œuvre et un classique avec le temps, parce que dix ans après, on en parle tout le temps. On en parle toujours en tout cas et c'est devenu la référence de ceux de notre génération en fait, pour "Man of Steel". Et c'est dommage qu'il n'y ait pas eu de suite et pour apporter un peu plus de consistance au développement de ce personnage. Mais ça après, c'est des soucis en interne avec la Warner et on ne va pas revenir sur l'histoire.

NCK : sa hype et son ressenti

Moi. Clairement, j'étais grave hypé. Je me rappelle que je suivais la promo, mais chaque élément de promo était important pour moi. Je suivais tout, je regardais tout. Et puis quand le premier trailer était sorti, là où l'on voyait Russell Crowe de dos, et puis il y avait la petite musique "An Ideal of hope" [de Zimmer]. [Il fredonne les première notes]. "My son. Our hopes and dreams travel with you". J'étais hypé de ouf. J'avais adoré. J'avais adoré. Man of Steel, franchement, j'étais hypé. J'étais vraiment chaud pour une nouvelle itération de Superman. Après "Superman Returns" qui avait été quand même une déception pour pas mal de monde. Il était temps de nous offrir un nouveau Superman, tout frais, qui se détachait du style du Donnerverse. Non, voilà, j'étais hypé. Alors mon ressenti après avoir vu le film, après avoir vu Man of Steel. Franchement, j'avais kiffé.J'avais kiffé. Alors, il y a des trucs si tu veux... tout m'avait pas plu dans le film. Mais voilà, à l'époque honnêtement, j'aurais donné un bon 8 sur 10. Quelque chose comme ça. Non, vraiment ça m'avait plu. C'était pas mal en phase quand même avec ma hype. J'avais quand même bien aimé le film. Point fort : Je dirais la modernisation du mythe. Vraiment le côté... c'est-à-dire qu'on se détachait enfin de la vision de Richard Donner quoi. Et oui, il était temps que ça arrive pour aller dans quelque chose de plus Modern Age en fin de compte, et ça, ça me plaisait. Point faible : Par contre, certaines décisions de Snyder. Snyder et pas que Snyder d'ailleurs même la Warner Bros de l'époque, avec Christopher Nolan et compagnie. Tout le côté gris, plus gris, plus réaliste, plus ceci, plus cela. Moi, ça me gavait. Donc, c'est le point négatif que je voyais au film. Mais bon. Voilà, le film m'avait quand même plu. À froid, en le revisitant aujourd'hui, j'en suis à peu près au même point. Franchement, ce "Man of Steel". C'est un film que j'aime beaucoup. C'est un film que j'aime vraiment beaucoup. Mais que j'ai du mal quand même à trouver mieux que le Superman de Richard Donner de 1978. Je les mets un peu à un niveau équivalent, mais pour des raisons différentes en fait. Ils ont tous les deux leurs qualités et leurs défauts... et avec leurs qualités et leurs défauts respectifs, je les mets à peu près au même niveau. En fait "Man of Steel "voilà, ce qui me gênait dans le film et puis ça me gêne encore plus aujourd'hui. J'estime qu'il faut... J'estime que Snyder a voulu moderniser le mythe, mais qu'en même temps il a rendu le personnage moins attachant d'une certaine façon. Enfin, il est temps qu'on ait "Superman: Legacy", histoire d'aller dans une autre direction encore.

Joseph Ali et Man of Steel

Nous sommes à l’époque de la sortie de "Man of Steel". Superman est le seul super-héros dont chaque film me suscite autant d'excitation... Et cette fois-là, c'est réalisé par celui qui a pour moi fait le meilleur film de super-héros de l'histoire : Zack Snyder. Ce mercredi-là, je n'ai qu'une hâte quand je sors du bureau, arriver le plus vite possible au MK2 de bibliothèque François Mitterrand à Paris. 10 ans plus tôt je n'avais pas vraiment adhérer au Superman du trop jeune Brandon Routh, j'étais donc très sceptique quant au casting. Il est 19h30. Je suis enfin dans la salle avec mes amis à qui je demande de se taire afin d'être concentré. Pendant toute la durée du film, je n'ai pas décollé les yeux de l'écran. La première chose qui me marque est que lorsque je vois Henry Cavill que je ne connais pas très bien... et bien... je vois Superman. Il est parfait. La réalisation est juste parfaite. Tout est là, l'écriture, la mise en scène, l'action , la photographie... mon seul bémol reste le moment où Clark apparait barbu et me rappelle Wolverine, mais sinon tout est parfait. Je sors du film avec trop à digérer. L'introduction sur Krypton. Le traitement du personnage... Trop de choses qui font que le lendemain je retourne au cinéma. Finalement j ai compris : un ou deux ou trois visionnages ne me suffiront pas... Je reverrais ce chef d’œuvre du cinéma presque autant que j'ai pu revoir "Superman" de 1978. J'ai su à ce moment-là que j'avais trouvé mon nouveau Superman.


Le retour de Captain Morpheus

On finit évidemment par le retour de Captain Morpheus, notre rédacteur en chef, qui ne pouvait pas couper à la question des attentes et impressions :

Alors "Man of Steel", c'est un film que moi j'ai suivi de très, très près, puisque je faisais partie de l'équipe Warner Tower qui bossait plus ou moins sur l'ambiance musicale du film. Donc, c'est vrai qu'à l'époque, j'avais rencontré Hans Zimmer et tout. Enfin, on l'avait eu en visio. Et donc moi je bossais. D'ailleurs, il y a des traces de ça sur Superman Homepage (SHP) pour retrouver le lien où on a travaillé sur un ensemble d'artistes pour essayer de faire une bande originale avec des musiques. Vu le caractère plus théâtral du film, ils ont décidé finalement de pas se tourner vers des chansons, mais plutôt vers un score. Un score, donc, de musique d'orchestre, ce qui est très bien, ce qui nous a donné une très très belle composition d'Hans Zimmer. Donc, c'est un film que je suivi de près, que j'ai vu grandir puisque j'étais un peu de l'intérieur, puisqu'à l'époque j'étais archiviste donc sur SHP. Et donc voilà donc, c'était avec beaucoup d'attente et quelques inquiétudes. Les premières photos sont sorties. On a découvert un Cavill incroyable. Moi, j'étais un peu inquiet sur la coupe de cheveux. Des petits détails à la con. Mais après, quand le film est sorti, très, très, très perturbé. Premier visionnage perturbé par ce nouveau Superman - moi qui étais un aficionado des Superman de Christopher Reeve et du Superman du Silver Age au niveau des comics. Donc, du coup, j'ai voulu balancer un peu ma panoplie et accepter la nouvelle version. Donc je suis allé voir le film plusieurs fois dans plusieurs [versions]. Je crois que c'était à l'époque, c'était 3DX, après la version normale, en version originale, en version sous-titrée... enfin je suis allé tout voir. Et j'ai adopté Cavill. C'est pas ma version préférée de Superman bizarrement, mais je trouvais qu'à l'époque, c'était la version utile pour les nouvelles générations. Donc j'ai fini par l'accepter. Le film est juste... sublimissime. J'ai trouvé le film magnifique... [j'ai pu] me familiariser avec le travail de Snyder. Mais voilà, comme j'ai dit, c'est pas ma version des aspects de Superman préférée, mais je la trouvais utile dans le sens où elle s'adressait aux nouvelles générations. Elle déringardisait Superman. Donc je l'ai trouvée vraiment, vraiment adaptée. Après en ce qui concerne la scène finale, je savais que ça allait faire parler, parce que je connais très très bien la communauté des fans de Superman pour avoir été sur les forums officiels de l'époque. Et on ne s'est pas trompé. Et puis voilà, c'est un film aussi qui a montré un petit peu la méconnaissance de la fandom du personnage et surtout du grand public qui... ne reconnaissait pas Superman dans la version de Snyder, alors que c'est une version qui, pour moi, est la plus aboutie en terme de traitement des aspects du personnage.

La critique des médias à la sortie ?

À l'époque, les médias ont dressé un portrait très "variable" du film.

Avant sa sortie, Variety présentait son regard sur le film sous la plume de Scott Foundas, le 10/06/2013 :

Un ton dépourvu d'humour et une esthétique implacablement tapageuse font chuter cette attraction à grand spectacle qui a fait l'objet d'une grande publicité et d'un marketing brillant. La kryptonite n'est jamais mentionnée, la Forteresse de Solitude n'est qu'un lieu existentiel, et Clark Kent ne gagne jamais rien de plus qu'une ligne de journal du Daily Planet dans "Man of Steel", l'histoire des origines de Superman du réalisateur Zack Snyder, du scénariste David S. Goyer et du producteur Christopher Nolan, qui se veut résolument révisionniste. Goyer et Christopher Nolan, qui aurait pu s'intituler "Rock 'Em Sock 'Em Spacemen", étant donné le temps d'écran consacré aux Kryptoniens exilés qui s'écrasent les uns les autres contre toutes sortes de structures naturelles et artificielles. Clairement conçu pour faire pour l'autre propriété la plus vénérable de DC Comics ce que "Batman Begins" de Nolan et Goyer a fait pour le Caped Crusader, cette attraction à grand spectacle, brillamment commercialisée, semble destinée à monter en flèche auprès des audiences mondiales cet été, même si le ton dépourvu d'humour et l'esthétique implacablement bruyante (sur le plan visuel et sonore) laissent beaucoup à désirer - principalement, une suite à "Steel" dirigée avec moins de poigne de fer.

Pas tendre !


La preview de The Hollywood Reporter (THR), publiée le même jour, donnait-elle un autre son de cloche ? Un critique moindre, mais sans être forcément convaincu :

À la question souvent posée de savoir si le monde est vraiment affamé d'une nouvelle histoire de super-héros, "Man of Steel" répond simplement en servant ce qui pourrait être autant de spectacle et d'action - minute par minute, image par image - que n'importe quel film. L'énorme extravagance de Zack Snyder, dont l'histoire est chargée, est un travail de réhabilitation qui n'avait peut-être pas besoin d'être fait, mais qui s'avère tellement insistant dans sa taille et sa force qu'il est difficile de ne pas céder à la tentation. Le nouveau film à grand spectacle de Warner Bros. devrait rester fermement implanté dans le monde entier pendant une bonne partie de l'été.

L'approche deTHR était plus souple considérant un apport Nolan/Goyer dans la continuité de la trilogie Batman avec un "approfondissement des racines du héros", tout en ajoutant Hans Zimmer à la composition musicale.

"Visuellement et rythmiquement, cependant, Snyder a suivi sa propre voie, évoquant des souvenirs de Dune dans l'architecture sculptée de Krypton, faisant écho à Jésus en soulignant le sacrifice que Clark Kent est appelé à faire pour le bien de l'humanité, et simplement en laissant à peine cinq minutes s'écouler sans inventer une nouvelle excuse pour une scène d'action stupéfiante - dont chacune a sans aucun doute coûté plus que les budgets combinés de toutes les compétitions du festival Sundance de cette année.

Mais, THR évoque la partie spectacle jugée "presque incessante" mêlée à l'approche christique de Kal-El.

Il confirme ce point de vue le 14 juin :

Le dernier film sur Superman présente une histoire originale riche en rebondissements, combinée à de grands effets spéciaux.

D'autres médias feront leur critique aux États-Unis. Manohla Dargis, du New York Times, fait l'éloge de l'apparence du film, mais affirme que les séquences d'effets spéciaux bourrées d'action prennent parfois le pas sur les questions plus profondes, en particulier vers la fin du film.

Tout [est] presque perdu dans les 45 dernières minutes, lorsque M. Snyder accumule les effets spéciaux martelants, devenant ainsi un réalisateur de plus qui s'emballe de manière décevante [...] C'est dommage, car si l'on écarte toute la fumée générée par ordinateur et que l'on voit au-delà des bâtiments pulvérisés, il est possible de rester accroché à l'histoire d'origine qui traverse Man of Steel - celle de l'immigrant.

Kenneth Turan, du Los Angeles Times, va plus loin en affirmant qu'à l'instar de la lutte de Superman avec son identité, le film "est également déchiré" car "ce film est tiré dans différentes directions, apportant des satisfactions sans parvenir à être complètement satisfaisant".


En France, Première décrivait le film sous la phrase suivante :

Henry Cavill est à la hauteur dans le film de Zack Snyder.

On met en avant l'acteur qui fait une prestation remarquée. Il prend une place croissante et pourtant la mission était si grande. Mais le propos du journaliste exprime la complexité et l'idée d'un "Superman Begins", mêlant Superman et Batman Begins ou encore un mélange Snyder/Nolan.

Face à ce super-héros iconique, deux choix sont possibles pour une remise à zéro du personnage : embrasser sa mythologie (façon Star Trek) ou la détruire (façon Batman). [...] A première vue, Snyder le styliste pompier s'écrase face au réalisme frontal de Nolan [...] Le but de "Man of Steel" est tout simplement de livrer un énorme film d'action. Et de ce point de vue-là, le contrat est largement rempli, le côté Snyder du film l'ayant emporté sur le côté Nolan.

Le Monde présentait les choses ainsi :

"Man of Steel" : sur une terre de violence, Superman joue des biscoteaux La version de Zack Snyder échoue à donner une profondeur au célèbre personnage de superhéros.

Le film n'a pas fait l'unanimité dans la presse en France comme à l'étranger. Il est vu d'abord comme un blockbuster sans considérer le sous-texte. Il a fallu du temps, beaucoup de temps, pour en percevoir les qualités. Il est souvent couplé à l'amour ou au désamour pour Zack Snyder, bien que ce n'était pas le seul sujet à envisager.


On pourrait faire le tour également des critiques des spectateurs qui sont restés bloqués sur des éléments comme la mort de Jonathan Kent, les combats dans la ville tel Dragon Ball Z ou encore le côté sombre voire torturé opposé au boyscout présent dans l'esprit de la population.



La réception au final ?

Avant de vous laisser sur ces impressions, émotions ou sensations, nous n'oublions pas la réception qui avait été faite au film. Superman Homepage a assez bien résumé l'histoire de la réception du film en 2018 dans son article anniversaire :

Réalisé par Zack Snyder, "Man of Steel" a été un film polarisant qui a divisé les fans à l'époque de sa sortie, la controverse entourant de nombreux aspects du film, notamment la décision de Superman de tuer le général Zod. Cependant, dix ans plus tard, et avec l'ajout d'autres films à la série sous la forme de "Batman v Superman : Dawn of Justice" et des deux versions de "Justice League", beaucoup regardent aujourd'hui avec tendresse la première sortie d'Henry Cavill dans le rôle de l'homme d'acier, considérant qu'il s'agit de sa meilleure performance sous la cape rouge.

Man of Steel est à envisager dans sa trilogie pour selon moi appréhender l’œuvre et son positionnement.

Les membres de la rédaction, plus ou mois tombé dedans depuis leur jeunesse, plus ou moins jeunes, n'avaient pas les mêmes attentes et n'ont pas le même regard, si ce n'est que ce film à bouleverser l'histoire de Superman.


Enfin, sans doute avez-vous remarqué que l'avis de votre serviteur n'était pas présent dans cet article...

Alors jouons le jeu jusqu'au bout : J'ai adoré enfant Christopher Reeve, qui représente la plus grande partie de l'histoire de Superman au cinéma, l'archétype, la perfection. Mais la lecture des comics, la richesse de l'univers supermanesque que nous explorons avec vous chez Planet Superman ouvre tant de portes à l'imaginaire que chaque itération peut être une nouvelle révélation. Alors l'attente était là et j'attendais ce film les sens en éveil. Zack Snyder a proposé un regard nouveau, mettant en avant la complexité du personnage et celle de la nature humaine aussi. Le soin porté à l'écriture me parait plus qu'important pour chaque personnage et cette recherche honore le réalisateur.


Grâce à cela, j'ai véritablement adoré l'interprétation de Superman Cavill. L'essence était pour moi respectée, je prends donc volontiers ce Man of Steel avec ses imperfections.


Et finalement, quel que soit votre avis sur ce film, n'oubliez pas L'homme d'acier, l'espoir, Superman... !


JA




65 vues0 commentaire

Comments


bottom of page