top of page

Cycle Richard Lester à la Cinémathèque française

Ce mercredi 15 mars 2023 s'ouvre à la Cinémathèque française à Paris un cycle cinématographique sur Richard Lester, le réalisateur de Superman II et Superman III.



La Cinémathèque française



Richard Lester, réalisateur

Richard Lester

Une rétrospective honore le réalisateur américain du 15 mars au 12 avril 2023 et notamment son implication dans le cinéma britannique, dans un sens humoristique et particulièrement décalé.


Le réalisateur prodige commence à l'âge de 20 ans et va diriger Peter Sellers et Spike Milligan à la télévision et dans différentes œuvres comiques et/ou musicales dans les années 1950 (The Running Jumping & Standing Still Film, 1959).

Il accroit particulièrement sa renommée dans les années 1960 pour ses films sur les Beatles alors en plein boom. Ils le choisissent, lui Lester, comme réalisateur alors que la Beatlemania déferle sur le monde. Il réalise ainsi Quatre garçons dans le vent (A Hard Day's Night, 1964), Help! et Au secours ! (1965) avant un film sur Paul McCartney en 1991.


Il gagne durant l'année 1965 la Palme d'or du meilleur film avec Le Knack... et comment l'avoir, comédie délirante et à contre-courant. L'homme est au cœur de Londres, centre culturel mondial des années 1960 où le Swinging London est la pensée de toute une jeunesse entre la modernité et la recherche du plaisir.


Richard Lester s'essaiera au drame sentimental avec Petulia en 1968, puis à la satire des institutions britanniques avec L'ultime garçonnière en 1969, avant de diriger en 1973 Michael York, Richard Chamberlain, Oliver Reed, Frank Finlay et la magnifique Raquel Welch dans Les Trois Mousquetaires, sa suite On l'appelait Milady (1974) et sa clôture Le retour des mousquetaires en 1989.


Il poursuit dans le chevaleresque en 1975 avec le Froussard héroïque et Malcolm McDowell (vedette d'Orange mécanique en 1971), puis en 1976 en dirigeant le duo Sean Connery/Audrey Hepburn dans La Rose et la Flèche (Robin and Marian). Il retrouvera l'acteur dans le drame historique Cuba en 1979.

Il poursuit les réalisations dans des genres différents avec la comédie sur les mœurs The Ritz (1976) avant le western Les Joyeux Débuts de Butch Cassidy et le Kid (1979).


En 1980, seul le genre super-héroïque pouvait manquer à ce réalisateur lorsqu'il est sollicité pour remplacer Richard Donner à la réalisation du film Superman II, en raison de conflits entre ce dernier et les producteurs Alexander et Ilya Salkind. Il se voit ensuite confier la réalisation de Superman III.



Rétrospective avec L'homme d'acier

La Cinémathèque française propose des diffusions sur grand écran le jeudi 30 mars 2023 à partir de 18h Superman II, avant le troisième opus à partir de 20h45.


Si les versions "Lester" des films Superman ne sont pas forcément considérées comme les meilleures de la quadrilogie, elles ont quelques particularités :

  • Si Richard Donner avait tourné environ 75% du film, Lester a fait des reshoots et a complété les 25% restants dans un ton plus comique et moins sombre que ce que prévoyait Donner. C'est une version singulière.

  • Superman III présente clairement L'homme d'acier dans une version orientée vers la comédie avec la présence de Richard Pryor, tout en présentant le passé, les amours et le côté négatif de Clark Kent/Superman.



Certains retiendront la Richard Donner's Cut du deuxième opus et il est vrai que sa carrière de réalisateur sera moins florissante après 1983, mais il a marqué une époque, mis en avant la culture britannique et influencé des réalisateurs comme Steven Soderberg.


Nous vous invitons donc à aller voir ces classiques Superman, en plus des autres films du réalisateur.

>> Vous trouverez toutes les informations pratiques sur le site de la Cinémathèque française.

15 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout
bottom of page