top of page

James Gunn inspiré par le Superman de Reeve et Donner

Lorsque le scénariste, réalisateur et co-CEO fait la tournée des médias, on en ressort toujours avec une petite douceur. Ici chez GQ, le magazine traitant de mode, culture, politique, société, etc. à destination des hommes, James Gunn présente son top 5 des comic book movies (CBM, film adaptant des comics) et y place Superman: The Movie (1978) de Richard Donner.


Est-ce un hasard ou un coup de com' ? Difficile à dire. Mais sans être suspicieux outre mesure et si l'on part du principe que l'homme est honnête dans les sensations qu'il avait et qu'il veut bien nous transmettre, il révèle dans cette vidéo toute l'inspiration qu'a eu ce film pour lui.


Naturellement, cette révélation peut aider à décrire l'homme Gunn et ce qu'il nous prépare pour Superman: Legacy. Des milliers de questions me traversent l'esprit à l'écriture de cet article. Quelle est sa mentalité ? Quelle influence le film de 78 a-t-il eu sur lui à l'époque ? Quel regard portait-il sur Superman et comment a-t-il ou non embrassé le personnage à l'époque ? Comment a-t-il perçu et accueilli la réalisation, la mise en scène, la proposition de RIchard Donner ? Quel impact a eu Christopher Reeve sur sa vision de L'homme d'acier ? Devrons-nous partir du principe qu'il voudra reprendre l'essence de 78 ou bien aura-t-il a cœur de se démarquer ? etc.


La vidéo ne présente évidemment pas toutes les réponses à ces quelques questions, mais il donne déjà des pistes des réflexions. On voit cela ensemble.



Les comic book movies chez Gunn ?

Le réalisateur James Gunn présente dans cette vidéo un top 5 des comic book movies à savoir les films réalisés en s'inspirant, adaptant et en mettant à l'écran les personnages et les histoires issues des comics ou assimilés (manga, graphic novel).


À la question du pourquoi, il répond qu'il a fait quelques films de ce genre :

  • En tant que réalisateur : Super (2010), Les Gardiens de la galaxie (1 à 3, de 2014 à 2023), The Suicide Squad (2021). On ajoutera la série Peacemaker (2022).

  • En tant que producteur, on ajoute Avengers Infinity War (2018) et Avengers Endgame (2019). Rajoutons-nous Brightburn (2019) ? A priori non, mais difficile de ne pas voir une influence supermanesque...

Quoiqu'il en soit, il adore cela et on comprend alors une des raisons d'être de cette interview CBM.

Top 5 signifie les 5 meilleurs. Voici son classement en ordre décroissant.

  • En 5 : Deadpool (Tom Miller, 2016)

  • En 4 : Old Boy (Park Chan-wook, 2003)

  • En 3 : A History of violence (David Cronenberg, 2005)

  • En 2 : Superman: The movie (Richard Donner, 1978)

  • En 1 : Spider-Man: Into the Spider-Verse (Bob Persichetti, Peter Ramsey et Rodney Rothman, 2018)



Superman: The Movie est très haut placé et représente quelque chose pour James Gunn.

Voyons dans quelle mesure, il est en compagnie de ces différents films une source d'inspiration.



Quelles inspirations alors pour Superman: Legacy ?

En passant en revue les cinq films favoris, on peut avoir quelques orientations sur ses attraits et sur ce qu'il l'a inspiré. On peut aussi s'interroger sur ce qu'il pourrait utiliser ou retenir de ces œuvres pour réaliser un excellent Superman: Legacy.


Superman: The Movie : Donner, Reeve, Kidder et la vie de Gunn

Le Superman de Richard Donner a une place toute particulière en 2 dans son classement.


Superman: The Movie (1978)


Une expérience magique avec Christopher Reeve

Le jeune Gunn, nous raconte James, a été fasciné par cette deuxième expérience "magique" après l'expérience Star Wars, bien au delà de l'anecdote cocasse et géographique avec Jim Lee.


La magie a été servie par le jeu de Christopher Reeve entre "sa pureté, son espérance [et] sa bonté".

Son jeu était très différent entre son Clark et son Superman, servi par une capacité à "basculer en un instant de l'un à l'autre". Par ailleurs, James Gunn a été marqué par le fait que l'acteur avait un "côté taquin, bon enfant et plein d'humour" qu'il caractérise notamment par la scène du chat. Un sourire subtil et des scènes amusantes durant lesquelles l'acteur Reeve respirait le plaisir de jouer. James Gunn souligne en outre le fait que le personnage de Superman aimait aider et sauver les êtres humains.

Ces qualités seront sans aucun doute des critères de choix pour tout candidat au rôle de Superman pour le réalisateur.


James Gunn parle de Christopher Reeve et du costume


La question du costume

Il mentionne dans son interview son regard sur le costume, éternel débat pour les fans lors d'une sortie d'un film Superman.

Ils ont simplement repris le costume de la bande dessinée et l'ont fait très simplement, et cela fonctionne très bien. Les couleurs fonctionnent bien. Je viens de recevoir des archives de Warner Brothers un tas de photos des costumes originaux. Je pense que le costume fonctionne très bien et qu'il est sans fioritures, ce qui était plus facile à l'époque qu'aujourd'hui, car les gens ont vu beaucoup de costumes de super-héros différents. La question est donc de savoir comment le rendre crédible. Comment prendre ce concept scandaleux d'un type qui vole et le transformer en quelque chose de réel ? Je pense que ce que nous faisons est différent. C'est une chose à part.

Si l'on s'arrête un instant sur cette partie de l'interview, le réalisateur nous donne l'approche qu'il semble suivre pour le costume :

  • Partir du matériel de base comics et photographiques pour voir ce qui a été fait, rester plus ou moins dans les clous pour tenter de proposer un concept qui doit fonctionner simplement.

  • Les couleurs seraient traditionnelles (rouge, bleu et jaune), car elles marchent.

  • Mais il va tenter de "faire son truc" et marquer sa différence alors que l'on a tant de films de super-héros.

Et là, ce n'est évidemment pas gagné ! Affaire à suivre sur ce point avec les concepts proposés avec Judianna Makovsky avec laquelle il a collaboré dernièrement pour Les Gardiens de la galaxie et bien des films auparavant.



Lois Lane

Lois Lane était "fantastique", selon Gunn. Le réalisateur la présente furtivement mais clairement :

Elle est vraiment le cœur du film à bien des égards.

Le personnage de Lois a une place fondamentale dans l'histoire de Superman pour en constituer le "cœur" : le centre et l'âme, l'humanité, les sentiments et ainsi apporter les ressorts nécessaires à un film Superman. Nous verrons par la suite, ce qu'il proposera pour Superman: Legacy, mais on peut déjà partir du principe qu'elle ne sera ni une potiche ni un personnage négligeable, mais aura une place importante dans l'histoire.


Que retiendra-t-il de Margot Kidder alors que nous avons évoqué les quelques potentielles actrices auditionnées pour ce rôle ? C'est une question intéressante. Son physique et/ou son interprétation de Lois reporter ? de Lois amoureuse de Superman ? etc.



La Forteresse de Solitude

De façon inattendue, James Gunn parle un bon moment de la Forteresse de Solitude.

On l'avait presque oubliée à force. Très présente sous Donner, moins chez Snyder, ravivée dans la série Superman et Lois dernièrement. Le réalisateur semble vouloir revisiter ce lieu fondamental du lore de Superman, ce qui est évidemment très loin de nous déplaire !


Le réalisateur rappelle la "magie" d'un lieu "qui ne nous était pas familier", un décor gigantesque justifiant l'appellation de Forteresse. Elle est un "lieu étrange" mis en place en construisant de vrais grands décors réels (pratical) où "les acteurs et l'équipe [de tournage] ressentent ce qui se passe lorsqu'[ils sont] sur place" et non des créations en image de synthèse (CGI, Computer-Generated Imagery pour imagerie générée par ordinateur).


James Gunn semblerait annoncer la couleur : pas d'image de synthèse à foison, mais du décor réel pour honorer un lieu spécial. Il appuie d'ailleurs son propos en indiquant qu'il l'a déjà fait pour Les Gardiens de la galaxie Vol.3 avec "certains des plus grands décors de tous les temps".




On espère donc du grandiose maîtrisé pour ce lieu hélas trop peu vu au cinéma avec l'aide de Beth Mickle.



Que peut-on attendre pour Superman: Legacy ?

Mais je suis certainement influencé par ce que Donner a fait avec Superman, et ce que Christopher Reeve a fait avec Superman, et Margot Kidder, qui est fantastique dans le film

L'homme ne nie pas l'empreinte laissée par le film de 1978. Jeune, il a été témoin de sa magie et il devra donc, dans ses choix et son travail de réalisateur, prendre dans cet "héritage" légué à tous afin de proposer un Superman: Legacy de qualité.



Peut-il tirer quelque chose des autres CBM ?

Il a été intéressé dans Deadpool par le côté décalé, humoristique et la pratique du brisage du quatrième mur. Le jeu de Ryan Johnson a servi le propos et a fasciné James Gunn. On ne doute pas en voyant ses films que l'aspect comique est un élément qui l'intéresse beaucoup au point, d'ailleurs, qu'une des critiques récurrentes associée à la jurisprudence des Gardiens de la galaxie est la tentative de mettre du comique partout au point de désamorcer immédiatement toute émotion et scène forte.

Ce film que Gunn considère comme une de ses plus grandes réussites (à moins que, comme moi, vous considériez ce film comme "sa" plus grande réussite) est un "game changer" pour le Marvel Cinematic Universe (MCU) et le cinéma des super-héros. Donc, c'est une inspiration plus ou moins positive... selon le curseur humoristique qu'il placera (ou non) dans Superman: Legacy.


Dans Old Boy, tiré d'un manga, Gunn y a vu un film "incroyablement cinématographique" et "coloré" tout en étant "dégoutant" et "choquant". La scène du combat dans le couloir est une matrice qu'il a utilisé dans Les Gardiens de la galaxie et The Suicide Squad. Le style coréen pour l'action constitue un élément dont il s'inspire largement. On peut espérer qu'il insère dans le film du dernier Fils de Krypton de belles scènes d'action.


Le film de David Cronenberg, A History of violence, est pour Gunn un film "émotionnel et passionné", violent sans que l'on se dise que l'on est dans un film d'action, du fait de la maestria du réalisateur. La capacité à filmer l'horrible ou l'insoutenable pour en faire quelque chose de beau ou donnant sens à l'histoire est extrêmement intéressante pour le réalisateur. Dans la perspective de Superman: Legacy, une telle approche de densité et d'efficacité en mettant en avant l'émotion serait une belle réussite pour tous les fans.


L'animé Spider-Man: Into the Spider-Verse est en soi une perfection équilibrée sur les plans du scénario comme de l'exécution, selon James Gunn. Fonctionnant "du début à la fin", c'est le meilleur CBM pour lui, bien ficelé et bien écrit. Il a été bluffé par l'aspect multiversel : plusieurs Spider-Man qui cohabitent, c'est comme "un rêve devenu une réalité pour un enfant", tout en gardant un cap scénaristique constant. Gunn précise également que ce film l'a influencé dans le souci "d'essayer de faire une animation de haute qualité qui ne soit pas secondaire", avec en tête une organisation claire et préparée.


La conclusion de la vidéo présente le regard qu'il a sur les réalisations des Gardiens et The Suicide Squad. Nous pouvons prendre cela comme une auto-analyse :

  • Les Gardiens de la galaxie sont d'abord une surprise farfelue au cours de laquelle Gunn a développé ses personnages et les relations familiales jusqu'au bout. Il a mis un point d'honneur à boucler ses arcs narratifs.

  • The Suicide Squad est présenté comme une "prise de risques" pour faire du "ridicule" de façon "chaotique". Il dit avoir beaucoup appris notamment sur l'utilisation de sa caméra.

Espérons que ces analyses personnelles guideront le réalisateur vers les meilleurs choix...



Conclusion : des promesses ?

On note grâce à cette vidéo chez GQ que le réalisateur James Gunn a des inspirations et des attraits nombreux qui sont des ingrédients fort intéressants pour le film à venir, Superman: Legacy.


Le réalisateur a en main la franchise Superman et, face à un défi de taille, il apporte par sa présentation des "gages" d'une volonté de bien faire. On pourra dire des ambitions. On peut dire des promesses aussi.


Ces soucis devront guider la réalisation de Superman: Legacy.

En tant que scénariste de talent, très capable, on espèrera un scénario maîtrisé équilibrant l'action et l'émotion, tout en mettant en avant le jeu des acteurs avec intensité et efficacité. L'humour qu'il ne manquera pas de distiller devra être subtil pour servir l'histoire. Les grands personnages comme Lois, Clark/Superman devront contribuer à une histoire magique à plus d'un titre tout en respectant l'essence-même des personnages.


La réalisation colorée ne sera pas une simple animation truffée de CGI, mais devra rendre réel et iconique le Kryptonien qui vole et sauve les gens avec une humanité non feinte. Il conviendra de rendre honneur au plus grand super-héros tout en revisitant les lieux symboliques de son lore (le Daily Planet, Metropolis et la Forteresse de solitude, notamment).


Au final, si l'on peut retenir le fait que le film Superman l'a inspiré, que Christophe Reeve l'a inspiré, que ces films l'ont inspiré, il y a dans tout cela bien des promesses.


Alors, comme on dit : "il n'y a plus qu'à" !


Pour information plus détaillée sur l'ensemble de l'interview de James Gunn, voici la vidéo (n'hésitez pas à activer les sous-titres !)


JA

Posts similaires

Voir tout

Komentáře


bottom of page